Je protège mon enfant de la pornographie

Selon un sondage de 2018, près d’un tiers des jeunes ont déjà vu du porno avant 12 ans, plus de 60% avant 15 ans et 82% avant 18 ans. Et une telle exposition précoce a des conséquences : plus de la moitié des mineurs avouent avoir été “choqués” la première fois qu’ils ont été confrontés à des contenus pornographiques.

En outre, 44% des adolescents ayant déjà eu des rapports sexuels déclarent avoir essayé de reproduire des pratiques vues dans des films X, et près d’un quart disent être complexés à cause du porno.

Pour aider les parents dont certains se sentent démunis, pour leur proposer des solutions sans les culpabiliser, le gouvernement a mis en place une plateforme d’information en y associant le CSA, les principaux acteurs des télécoms et de l’internet, ainsi que des associations de protection de l’enfance :

=> https://jeprotegemonenfant.gouv.fr

On y trouve notamment des “contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants“, des informations détaillées sur les solutions techniques de contrôle parental – proposées gratuitement depuis 15 ans.